Christophe Etallaz

Entrepreneur, SAS TALPLUS
23 Novembre 2023

Ce programme est concret, positif et chiffrable

C’est en 2021, que Christophe Etallaz, va créer la SAS TALPLUS afin de développer, produire et commercialiser une chaussure spécifique dédiée au splitboard*. En entrepreneur avisé, il sait s’entourer des appuis de structures ressources comme la CCI Haute-Savoie et le réseau EEN, notamment pour sa croissance à l’export. Témoignage.

« Depuis plus de 10 ans, je développe en freelance du matériel de splitboard pour des marques spécialisées. En 2019, je me suis lancé sur un projet de chaussure spécifique dédiée au splitboard, produit qui n’existait pas sur le marché, et en 2021 j’ai créé la SAS TALPUS pour développer ce produit » explique Christophe Etallaz.

Les phases de développement et de prototypage des chaussures ont forcément été importantes avant la création d’entreprise.

« Quand je me suis lancé, le produit était prêt, il était même attendu. J’avais pas mal bossé mon prévisionnel, mon marketing, et en bon entrepreneur je me suis appuyé sur un cabinet de comptable pour gérer cette partie délicate de comptabilité et du juridique. Sans remettre leur compétence en cause, je me suis rapidement heurté à d’importantes lacunes sur la partie vente à l’export. Je me suis tout d’abord appuyé sur le Réseau Entreprendre qui a su répondre à certaines questions mais ils m’ont rapidement réorienté vers la CCI Haute-Savoie et le programme EEN ».

Entouré de conseillers, Christophe Etallaz, a pu sereinement s’informer et faire évoluer son activité.

« J’avais 10 000 questions dans la tête. Ça allait du taux de TVA au droit sur les échanges internationaux, de la vente en ligne aux contrats pour la vente en B2B. En fait, j’avais surtout envie d’appeler au secours. Heureusement les conseillères de la CCI Haute-Savoie ont su recadrer le tout. Lors de notre premier rendez-vous, elles ont su poser les bonnes questions et elles eu ont une écoute attentive pour arriver à un bon bilan sur mes besoins ».

Ensemble, ils ont pu établir un programme cohérent et complet.

« On a commencé par un diagnostic et une consolidation du projet pour accéder aux marchés internationaux. Puis un Check Up Réglementaire et juridique. J’avoue qu’à ce stade, j’ai surtout pris conscience de mes lacunes dans ces domaines. Ensuite, on est rentré dans le vif du sujet. La confrontation avec des mots comme : Incoterms ou Origine préférentielle, la fiscalité des ventes à l’export, etc….

Comme le dit le dirigeant « ça a été très scolaire » dans le sens où il s’agit de se conformer aux règles en place pour chaque territoire où l’on compte exporter. « J’ai appris énormément de chose mais aussi à m’approprier des outils comme Access2Market ou le site des douanes qui sont indispensables pour évoluer dans l’univers de l’export. Certains points sont encore en cours, notamment l’Origine préférentielle qui reste encore pour moi une démarche un peu lourde. On a enchainé sur le gros chantier CGV : E-commerce et export B2B. Sur cette partie-là, j’ai découvert que les CGV étaient bien plus qu’une obligation légale mais un véritable outil de travail. Et on a terminé avec le GRAAL : les RGPD et la politique de confidentialité, la gestion des cookies, etc… ».

Tout un programme, qui peut sembler inaccessible pour un dirigeant, mais incontournable pour développer son activité à l’international.

« Pour moi le bilan de ce programme est concret, positif et chiffrable. Je suis arrivé au premier rendez-vous avec un site internet qui n’était pas dans les clous, des factures juridiquement incomplètes, avec des taux de TVA erronés, des démarches juridiques à l’export qui n’étaient pas en phases avec mon activité, bref j’étais bien à côté de la plaque. J’ai multiplié par 10 mes points de ventes à l’étranger, notamment aux Etats Unis, j’ai doublé mon volume de vente en ligne, 80% de mon chiffre d’affaires est réalisé à l’export, je suis présent dans 21 pays dans le monde » conclut Christophe Etallaz.

Ce bilan positif est à la fois lié à la qualité du produit, au fait qu’il réponde à un besoin sur le marché et lié à la crédibilité acquise grâce au programme EEN. 

« Je remercie les conseillères de la CCI Haute-Savoie qui ont été disponibles, efficaces, patientes et professionnelles. Un grand merci à vous, qui pouvez aider les entreprises comme la mienne à avancer »

*Le splitboard, c’est un snowboard coupé en 2 dans le sens de la longueur. On obtient donc 2 skis qui permettent de monter en peaux de phoque, comme en ski de rando, sauf qu’une fois au sommet on réunit l’ensemble grâce à ingénieux système, et on descend en snowboard. 

>> Retrouvez l’actualité de TALPLUS

>> Connaître la réglementation. En savoir plus

Mot de passe oublié

Récupération de votre mot de passe, saisissez votre adresse email
Connexion requise
Pour accéder à ce contenu, vous devez vous identifier ou créer votre compte
Connexion permanente
Annuler
Fenêtre de log