Jocelyne Fournier

Directrice de la formation, CCI Auvergne-Rhône-Alpes
21 Mars 2018

Une réforme de la formation professionnelle, totalement pensée pour les entreprises

Le contexte : mars 2018 le gouvernement a donné un certain nombre de pistes concernant la réforme de la formation professionnelle. Ces pistes vont être clarifiées, faire l’objet d’un texte de loi et de décrets d’application qui préciseront le calendrier et les mécaniques. Tous les jours, de nouveaux éléments arrivent. Jocelyne Fournier dresse un état de l’art.

Logique de marché

Les entreprises ne devraient trouver que des intérêts dans cette réforme, qui simplifie les démarches et les modalités de financement. On sort d’une logique administrée pour entrer dans une logique de marché. La réforme va simplifier la vie de l’entreprise.

Régulation de la demande

La régulation du marché se fait par la demande de l’entreprise qui aura des critères les plus objectifs possibles pour choisir son centre de formation : résultats aux examens et aux certifications, taux de satisfaction, recommandations des entreprises qui ont fait appel à la formation... Cela va exacerber le marché et très vite mettre en danger ceux qui vivaient sur des logiques de lobby. Les contenus de formation se devront d’être beaucoup plus évolutifs et mieux correspondre à l’évolution des métiers.

Demain, le seul résultat valable sera la satisfaction de l’entreprise : contente ou non de son action de formation ?

Simplification des démarches et moins d’intermédiaires

Le nouveau dispositif réforme de manière très innovante la formation par l’apprentissage. Du côté de l’entreprise, toutes les couches de complexifications et d’intermédiations sont gommées, le financement se fait sur une base forfaitaire directement versée à l’organisme de formation. On revient à l’essentiel : avoir un projet, le partager avec un jeune et le mettre dans un cadre juridique qui va bien mais qui n’est pas un carcan.

Tout est simplifié. La réforme nettoie le système de toutes les lourdeurs administratives, exemple : contrat et mesure d’aide uniques, une seule cotisation formation au lieu de 2…

Libéralisation de la formation professionnelle

Le conseil en évolution professionnelle se voit allouer des moyens de mise en œuvre. Idem pour le CPF valorisé et traduit en budget annuel plutôt qu’en heures. Le salarié pourra acheter sa formation via une application sur son smartphone. De nouveaux opérateurs de compétences sont mis en place avec un rôle de soutien et de conseil au niveau des entreprises, probablement élargi à un rôle d’encadrement et de contrôle de l’apprentissage - ce point n’est pas encore précisé.

Redonner la main aux entreprises

C’est une réforme qui va tout à fait dans le sens de l’entreprise et dont il ne faut pas avoir peur. En 2014, il y a eu une réforme avec une chute phénoménale des actions de formations en entreprise ou en apprentissage. Les entreprises commençaient à se réadapter et voilà une nouvelle réforme ! Pour le coup celle-ci, peut-être une opportunité. On est dans quelque chose qui va volontairement tout casser, pour redonner la main à ceux qui ont la responsabilité des choses, les entreprises.

un conseil personnalisé ?

Mot de passe oublié

Récupération de votre mot de passe, saisissez votre adresse email
Connexion requise
Pour accéder à ce contenu, vous devez vous identifier ou créer votre compte
Connexion permanente
Annuler
Fenêtre de log