Caroline Favero

Gérante, Easy Ortho
31 Août 2016

Cursus “Valid’export”

Deux retours d'expérience très prometteurs !

Easy Ortho mise sur la Suisse. Implantée à Passy, la société entend se déployer aussi sur ce marché prometteur, à forte valeur ajoutée. Elle espère s’implanter en juin 2016 dans le canton de Vaud. Prothésiste dentaire, spécialisée dans la conception d’appareils d’orthodontie à Passy, Caroline Favero, gérante d’Easy Ortho, s’est naturellement tournée vers la CCI Haute-Savoie pour trouver de nouveaux débouchés à l’export pour son activité.

Quelle était votre problématique ?

Mon activité était assez restreinte et en même temps, j’ai été contactée par un prothésiste suisse pour faire de l’orthodontie dans ce pays. Je me suis donc renseignée auprès de la CCI Haute-Savoie pour aborder ce marché qui reste plutôt compliqué à approcher quand on est seul.
J’avais déjà participé à plusieurs journées d’information, au printemps 2014 puis début 2015, sur la façon d’aborder différents marchés étrangers dont l’Italie, le Maroc et la Suisse. J’ai suivi ainsi plusieurs ateliers.

Quelle réponse vous a apportée la CCI Haute-Savoie ? Quelle solution s’est dessinée ?

En fait, j’ai rapidement orienté ma recherche vers le marché suisse où l’idée s’avère réalisable. Il a fallu se pencher sur les problèmes de tarification, d’exploitation, de normalisation de réglementation, etc. Des fonctionnements bien différents entre la Suisse et la France. J’ai dû envisager aussi mon installation sous l’angle de la comptabilité et faire une démarche de reconnaissance de diplôme.
La CCI Haute-Savoie m’a proposé plusieurs journées de formation à Annecy et Archamps au cours desquelles j’ai pu asseoir mon projet. Auparavant, j’avais aussi participé à des ateliers d’information sur l’implantation en Suisse et consulté diverses notices d’information sur le site internet de la CCI.

Comment, depuis, votre projet a-t-il évolué ?

J’ai suivi un cursus “Valid’export” qui m’a permis de prendre en compte toutes les dimensions du projet. L’idée est de fabriquer et de facturer en Suisse, ce qui nécessite de s’installer sur place. Je suis actuellement (en 2016) en phase d’aménagement de locaux dans le canton de Vaud, à Mies. Ils occuperont environ 30 m2 dans un emplacement
appartenant à un prothésiste dentaire classique, qui ne travaille pas du tout dans le domaine de l’orthodontie. Mon activité est donc parfaitement complémentaire à la sienne.
L’objectif est, d’ici à deux ans, de doubler le chiffre d’affaires déjà réalisé aujourd’hui en Suisse, soit 40 000 € sur un total de 130 000 €.

Quelle est la prochaine étape ?

J’espère une ouverture en mai 2016, au plus tard en juin 2016, durant deux jours et demi par semaine pour commencer. Ensuite, il sera temps d’étudier si je dois embaucher sur
place. J’ai privilégié la Suisse car c’est un pays à forte valeur ajoutée où il est possible de développer son chiffre d’affaires. Pour cela, j’ai trouvé à la CCI Haute-Savoie les services nécessaires, une écoute appropriée à mon projet et l’aide d’un conseiller spécialisé.

 

Pour Joseph Uguet

du Cabinet Uguet à Fillinges, Chambéry et Thonon, son retour sur Valid'export est aussi très positif.

"Avec Valid’Export,  nous avons affiné nos priorités, qualifié notre stratégie et monté notre dossier de financement d’un cadre export. Cet accompagnement solide nous a permis d’avancer à un bon rythme"

un conseil personnalisé ?

Mot de passe oublié

Récupération de votre mot de passe, saisissez votre adresse email
Connexion requise
Pour accéder à ce contenu, vous devez vous identifier ou créer votre compte
Connexion permanente
Annuler
Fenêtre de log