oseades boost up création
24 Mai 2016

Oséades 2016 : Go de départ !

Guy Métral, président de la CCI Haute-Savoie, Christian Heison, vice-président du Conseil Départemental et Alain Mossière, vice-président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de la Haute-Savoie ont officiellement lancé ce lundi 23 mai, à la CMA, à Annecy, la 8ème édition des Oséades.

Cette initiative collective de la CCI, de la CMA et du Département de la Haute-Savoie a été créée pour encourager et faciliter le développement économique des entreprises dans le département. Du 23 mai au 10 juin 2016, dans plus de 20 villes du département, une centaine de conférences, réunions, pitch… sont proposés aux dirigeants et créateurs/repreneurs pour offrir des solutions concrètes et leur permettre de développer leur business. Les Oséades mobilisent, dans leur sillon, 80 experts (banques, experts comptables, notaires, assureurs…) qui mettront leur savoir-faire et leur expertise au service des participants et de leurs projets.

Une journée de lancement autour de deux temps forts

Premier temps fort de ce lundi 23 mai, l’événement « Boost Up Création ».

Christelle SIMONETTI, dirigeante de STL SCULPT (modélisation et impression 3D à Bons en Chablais) et Christophe MAYCA, dirigeant d’ORLAC SOLUTIONS (Conception et distribution de produits innovants -bracelets connectés- dédiés aux personnes âgées à Annemasse) ont, en séance d’ouverture, témoigné de leurs parcours et expériences.

C’est en intégrant le dispositif NACCRE auprès de la CMA que Christelle SIMONETTI a pu débloquer la situation auprès des financeurs. L’entreprise STL Sculpt offre aujourd’hui ses services à des particuliers et des professionnels en France et en Suisse grâce à Internet. Son conseil aux futurs créateurs d’entreprises : « ne pas négliger le côté commercial dès le début du projet ! Ses moyens de communication : Facebook, site Internet, radio, journaux. ».

Christophe Mayca, et son épouse (gérante), ont, quant à eux, sollicité de nombreux acteurs pour les aiguiller dans leur projet, tels que la CCI, Thésame, Initiative Genevois ou encore Annecy French Tech ; des contacts qui ont répondu positivement au projet, leur permettant de confirmer leur idée et d’avancer. Leur principale difficulté au départ : accélérer le timing de fabrication. Les conseils de Christophe aux créateurs : « travailler avec des associés aux profils complémentaires du sien. Croire dans ce qu’on fait. Avancer de façon très progressive. Echanger le plus possible, écouter les réactions et en tirer parti ! ».

A partir de 9h15, et ce pendant 4 heures, tous les experts de la création d’entreprise –des experts comptables aux pépinières d’entreprises en passant par les banques, les assurances ou encore les services fiscaux– étaient à la disposition des porteurs de projet de création-reprise d’entreprise pour répondre de façon personnalisée à toutes leurs questions concernant leur projet. 116 personnes ont fait le déplacement pour poser leurs questions !

Découvrez quelques photos du lancement : 

   

 

Deuxième temps fort de la journée, la conférence « Réveillez votre business model » !

Louis-David Benyayer, chercheur en stratégie et cofondateur de Without Model, a livré aux 71 entrepreneurs et dirigeants présents, ses conseils aguerris. Objectif : apprendre à (ré)inventer son modèle économique et trouver des opportunités de croissance pour son entreprise.

On retiendra, entre autres, qu’il faut adopter une stratégie d’ouverture face à la concurrence : « Adopter une stratégie d'ouverture est un levier pour répondre au défi de la concurrence. Le pionnier historique de cette stratégie d'Innovation Ouverte est Procter&Gamble (P&G), qui a décidé en 2001 de constituer une banque de brevets lui appartenant et de proposer à des acteurs externes de les valoriser, de devenir un fournisseur et d'apporter de nouvelles pistes d'innovation. Cette stratégie a été la réponse de P&G à la nécessité de renouveler dans un très court délai son panel de produits. » *
Pour lui, il ne s’agit pas de comparer les PME avec les grands groupes, ni d’opposer les modèles fermés aux modèles ouverts : « Chaque entreprise définit selon ses critères son degré d'ouverture à ses clients, son réseau de partenaires industriels, ses fournisseurs. La valeur peut être créée hors des frontières de l'entreprise, l'enjeu est de bien gérer ce partage de valeur. Les entreprises ont intérêt à percevoir cette réalité du marché pour améliorer leur lecture du champ concurrentiel. »*.

Ensuite, Louis-David Benyayer a animé une table ronde d’entreprises haut-savoyardes qui ont innové dans leur business model : Franck Bernes-Heuga dirigeant de ZAG SKI (vente de skis à Chamonix); Maella DEGRAS, co-fondatrice de MyRezApp (solution de réservation en ligne à Annecy) et Rémi Pulvérail, DG Atelier français des matières.

Pour Franck Bernes-Heuga, qui est en train de diversifier son activité dans la vente de textiles et accessoires afin de fournir au client un pack complet : son action pour innover réside dans la création d’un laboratoire d’innovation au sein duquel sont conçus des prototypes de skis. Les produits sont l’aboutissement d’un travail à la fois sur la fibre et la corde. La démarche marketing n’est pas de proposer un ski nouveau tous les ans, mais de renouveler et d’améliorer le matériel proposé. ZAG SKI vient de lancer une opération de financement participatif sur internet pour « Ze Tracker », un équipement qui, connecté à un smartphone, permet de retrouver ses skis sous la poudreuse, en cas de déchaussement.

Maelle Degras, avec MyRezApp, s'adresse aux professionnels des services travaillant sur réservation ou rendez-vous. Cette solution permet à ces professionnels de gérer leur planning et leurs réservations d'une part et de laisser au client la possibilité de réserver, 7j/7, 24h/24, le créneau qui lui convient le mieux. Là où le business model est innovant et surtout intelligent, c’est que le logiciel, en mode SaaS, est accessible directement en ligne depuis un simple navigateur. Il n’est pas nécessaire de l’installer sur l'ordinateur pour disposer du service. Au lieu d'acheter une licence d'utilisation (c'est le modèle "traditionnel"), le professionnel paye de façon récurrente pour l'utilisation du service (pour MyRezApp c'est mensuellement). Ainsi le chiffre d’affaires dégagé s’accroît au fil du temps. Cumulé sur toute la "durée de vie" de l'utilisateur, le CA/utilisateur finit par surpasser le CA qui aurait été encaissé avec la vente d'une licence "classique". Par ailleurs une offre Freemium permet d'accéder à des fonctionnalités de base de façon totalement gratuite et une offre premium (c’est là qu’il faut souscrire un abonnement) permet de disposer de fonctionnalités à haute valeur ajoutée.

Rémi Pulvérail, quant à lui, se démarque des « gros parfumeurs » en privilégiant ce « qu’il y a dans le flacon ». Son secret ? Le FabLab qui lui offre la maîtrise de toute la chaîne de création et de production. Les producteurs de produits naturels sont des acteurs du Fablab qui permet de tester en condition réelle des innovations. Il a véritablement organisé un laboratoire équipé d’instruments de production et d’analyse ultramodernes, et qui intègre toutes les étapes de fabrication du parfum jusqu’au sertissage du flacon. Une fabrication 100% dans ses ateliers et Made in France !

*Propos recueillis par Dorothée Thénot pour Le Messager Chablais paru le jeudi 19 mai 2016.

 

Les interviews de la matinée : 

 
 
 

un conseil personnalisé ?

Mot de passe oublié

Récupération de votre mot de passe, saisissez votre adresse email
Connexion requise
Pour accéder à ce contenu, vous devez vous identifier ou créer votre compte
Connexion permanente
Annuler
Fenêtre de log