STRADEC : UNE « INTELLIGENCE COLLECTIVE » AUTOUR D’UN PLAN STRATÉGIQUE POUR LE DÉCOLLETAGE
Votre nom Message Email de votre ami
stradec
21 Septembre 2018

STRADEC : UNE « INTELLIGENCE COLLECTIVE » AUTOUR D’UN PLAN STRATÉGIQUE POUR LE DÉCOLLETAGE

Le 20 septembre s’est réuni à Thyez (Haute-Savoie) le consortium STRADEC des acteurs de la filière du décolletage et de l’usinage Amundi PEF, Banque Populaire Bpifrance, Crédit Agricole des Savoie, CCI Haute-Savoie, Chambre Syndicale de la Métallurgie, Pôle Mont-Blanc Industries, SNDEC, Stäubli, avec le concours de ExStrAPoL et DS Développement. Il a présenté son plan d’action stratégique à plus de 150 industriels et partenaires de la filière.

Prospective et stratégie pour assurer le futur de l’industrie du décolletage
Les enjeux de l’industrie sont plus que jamais de capter les marchés là où ils sont dans le monde, avec les changements en cours : baisse du diesel, arrivée de la voiture connectée et électrique. La démarche STRADEC a analysé « à 360° » tous les facteurs de changement : technologies, marchés, management, avec à l’appui des études documentaires et une centaine d’entretiens avec les industriels et équipementiers.


La conclusion reconnaît la performance d’un écosystème qui a peu d’équivalents en Europe. La Chambre de Commerce France-Allemagne démontre dans une étude spéciale que notre industrie du décolletage n’est nullement en décrochage par rapport au Mittelstand, juste en retrait en nombre d’entreprises et en effectif moyen, mais pas en savoir-faire.
La diminution attendue du nombre de pièces décolletées avec le véhicule électrique ou hybride ne doit pas être sous-estimée, mais pas sur-estimée non plus car la démographie mondiale et la production de véhicules à moteur thermique en dehors de l’Europe et de la Chine feront plus que compenser, augmentant le chiffre d’affaires mondial du décolletage automobile au moins jusqu’en 2030.


La stratégie est claire : s’accrocher à la croissance internationale, adapter la taille critique et l’organisation des entreprises, mettre sans cesse à jour les compétences.


Un plan stratégique déployé à 2 ans autour de 8 actions pour répondre aux enjeux de l’industrie 4.0
Le plan stratégique déploie 8 actions, dont la première est d’organiser le déploiement, délégué à un pilote par action, et de le prolonger par un lobbying concerté.
Pour faire face à la transition énergétique, la baisse programmée du Diesel va être évaluée. Une étude labellisée par Bercy va identifier les productions alternatives et les process à adapter pour une meilleure flexibilité. Ce projet sera piloté par la Chambre Syndicale de la Métallurgie, avec le SNDEC et le Cetim-CTDEC.

Des diversifications vont être approfondies pour développer de nouveaux marchés : dans l’aéronautique, secteur fort de 6 à 8 années d’avions à livrer, et dans le médical, impulsé par les avancées technologiques et le vieillissement de la population. Ce projet sera conduit par le Pôle Mont-Blanc Industries.


L’emploi industriel est bien mieux préservé dans les pays les plus fortement robotisés. La robotisation, s’affirmant comme un avantage compétitif pour l’industrie, fera l’objet d’un plan de facilitation en mettant en place un réseau de démonstrateurs, sur 4 sites régionaux en milieu industriel et universitaire, avec des aides pratiques et des formations. Ce projet sera dirigé par Stäubli.


La transformation numérique est un grand enjeu de l’industrie 4.0. La montée en compétence des entreprises sera organisée, avec des formations (data scientists) et des ressources partagées (community managers), une aide à la digitalisation et aux échanges de données. Ce projet sera piloté par le Pôle Mont-Blanc Industries, avec les compétences intégrées du e-cluster auvergnat.


Il sera proposé aux entreprises tournées vers la croissance une offre d’ingénierie financière et d’accompagnement managérial, avec un dispositif d’accélérateur de filière pour faire émerger des entreprises leaders. Les pilotes de cette opération seront le Crédit Agricole des Savoie, la Banque Populaire AURA, Amundi PEF et Bpifrance.
A l’international, les entreprises seront aidées pour leur développement commercial ou des rapprochements stratégiques, particulièrement par la Chambre de Commerce France-Allemagne.


Des mises en relations seront facilitées par la CCI 74, la Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie et Business France, avec une opération-pilote de VIE, volontaires internationaux en entreprise, à temps partagé.


La transformation de l’emploi et de l’entreprise, au coeur des enjeux, va être facilitée sur la base d’une étude sectorielle de l’évolution des compétences. Une opération-pilote sera proposée à la Région Auvergne Rhône-Alpes dans le cadre de la réforme de la formation professionnelle. Le pilote de cette opération sera la Chambre Syndicale de la Métallurgie.
L’ambition du plan stratégique est d’impulser une somme d’anticipations, d’améliorations et d’adaptations capables, face aux changements, de maintenir, voire encore élever le rang de notre industrie au plus haut niveau mondial.

un conseil personnalisé ?

Mot de passe oublié

Récupération de votre mot de passe, saisissez votre adresse email
Connexion requise
Pour accéder à ce contenu, vous devez vous identifier ou créer votre compte
Connexion permanente
Annuler
Fenêtre de log