Année
Periode

En bref

La situation reste difficile notamment pour la restauration


Sur le plan national, la Banque de France indique que l’activité progresse très légèrement, la hausse du travail temporaire et des services informatiques l’emportant sur le recul du transport, de l’hébergement/restauration et des services aux ménages. Les effectifs cessent de se contracter. La baisse des prix est moins soutenue qu’au cours des mois précédents. Les trésoreries tendent à se redresser, à un niveau toutefois inférieur à la moyenne de long terme.


En Rhône-Alpes, la Banque de France signale un nouveau repli de la demande pour les entreprises de services et l’activité baisse plus franchement. Les prix des prestations sont inchangés. Les effectifs ont été légèrement réduits dans la quasi-totalité des secteurs.


En Haute-Savoie, la situation reste difficile pour les activités de services : l’activité est moins dégradée pour les services aux entreprises sans toutefois parler de reprise, en légère amélioration pour les transports (avec des situations contrastées) et l’immobilier. Il faut toutefois signaler une nette dégradation du secteur de la restauration.
Les raisons principalement évoquées sont la situation économique globale (citée par 40 % des entreprises) mais aussi celle des différents secteurs d’activité (30 %) ainsi que la baisse de la demande (19 %) mais également d’autres facteurs comme les mauvaises conditions météorologiques.


Si l’on compare au 1er trimestre 2013 ou au même trimestre de 2012, tous les indicateurs sont quasi stables mais restent à un niveau insuffisant.

 
Toutes les zones géographiques enregistrent des chiffres d’affaires en retrait, de manière moins prononcée pour le Bassin Annecien.

Evolution du niveau d'activité en pourcentage

 

 

Perspectives :

Elles ne sont pas bien orientées en termes de chiffres d’affaires contrairement aux investissements et à l’emploi qui semblent  moins dégradés. En Rhône-Alpes, les prévisions font état d’un maintien du courant d’affaires. Sur le plan national, selon les chefs d’entreprise, un rebond de l’activité est prévu en juillet.

 

 

Source : CCI Haute-Savoie

Restauration

 

Après une légère amélioration fin 2012  (en partie liée à la bonne fréquentation touristique des vacances de Noël), le niveau d’activité s’est nettement dégradé dès le 1er trimestre et cette tendance s’est poursuivie au 2ème trimestre 2013.

Par rapport au 1er trimestre 2013 : seul l’emploi se maintient ; les investissements et les indicateurs financiers sont légèrement moins dégradés (sauf la rentabilité qui est stable). Les chiffres d’affaires sont en très fort recul, la part des entreprises signalant une baisse progressant de près de 20 points et celles signalant une hausse reculant de 21 points.

Si l’on se réfère à la même période de l’année précédente, seuls les investissements et les trésoreries sont légèrement mieux orientés ; l’emploi, la marge et la rentabilité sont en léger recul et les chiffres d’affaires sont en très fort retrait.

Les raisons principalement évoquées sont la situation économique globale (citée par 41 % des entreprises), celle du secteur d’activité (18 %) ainsi que la baisse de la demande (12 %) mais aussi les conditions météorologiques dégradées de ce printemps.


Zoom « les Français mettent les restaurateurs au régime sec » (Les Echos 10/07/2013)
Après une année difficile en 2012, les restaurateurs ne voient pas le bout du tunnel. Le premier semestre de 2013 a en effet été rude pour les professionnels au vu de diverses données recueillies par « Les Echos ». Non seulement la baisse de la fréquentation persiste, voire s'amplifie, mais la dépense moyenne se tasse simultanément, ce qui est nouveau.
Selon les dernières statistiques consolidées du cabinet d'études marketing NPD Group, qui fait référence dans le secteur, la fréquentation dans la restauration rapide et celle servie à table a encore fléchi au cours des quatre premiers mois de 2013, par rapport à la même période de l'an dernier.

 

Evolution des chiffres d'affaires (en pourcentage)

 

 

Perspectives :

Elles sont moins dégradées pour le prochain trimestre (impact de la saison touristique ?).

 

 

Source : CCI Haute-Savoie

Immobilier

 

Le 2ème trimestre 2013 poursuit la tendance enregistrée en début d’année : un niveau d’activité  légèrement moins dégradé mais qui reste à un niveau insuffisant ; ainsi ce sont la moitié des entreprises interrogées qui signalent une baisse d’activité (52 % des entreprises interrogées pour le 2ème trimestre, 42 % pour le même trimestre de 2012).

Par rapport au 1er trimestre 2013 : les chiffres d’affaires et l’emploi sont quasi stables, les investissements, les trésoreries et les marges sont légèrement moins dégradés contrairement à la rentabilité.

Par rapport au 2ème trimestre 2012, les chiffres d’affaires sont stables ; les autres indicateurs sont légèrement moins dégradés contrairement  aux marges.

Les raisons principalement évoquées sont la situation économique globale (citée par 47 % des entreprises) mais aussi celle du secteur d’activité (41 %) ainsi que la baisse de la demande (23 %).


Zoom : l’économie collaborative gagne la location de résidences secondaires (Emarketing.fr / C Heurtebise 27/05/2013)
La start-up Squarebreak propose des locations saisonnières de résidences secondaires ! Plus de huit Français sur dix estiment aujourd'hui qu'il est plus important d'avoir accès à un produit que de le posséder. Ce phénomène touche de plus en plus de secteurs. Les vacances n'échappent pas à ce phénomène.

 

Evolution des chiffres d'affaires (en pourcentage)

 

 

Perspectives :

Elles sont mieux orientées quel que soit l’indicateur.

 

 

Source : CCI Haute-Savoie

Services aux entreprises

 

Les services aux entreprises connaissent une situation moins difficile depuis le 3ème trimestre 2012, et cette tendance s’est poursuivie au 2ème trimestre sans marquer de nette amélioration.

Par rapport au 1er trimestre 2013 : les chiffres d’affaires, l’emploi et les marges sont stables ; les investissements, les trésoreries et la rentabilité sont légèrement mieux orientés.

Par rapport au 2ème trimestre 2012, tous les indicateurs sont légèrement plus favorables.

Les raisons principalement évoquées sont la situation économique globale (citée par 41 % des entreprises) mais aussi celle du secteur d’activité (27 %) ainsi que la baisse de la demande (32 %).

Au niveau régional, selon la Banque de France, l’activité dans les services aux entreprises s’est repliée en mai plus fortement qu’en avril. Tous les segments font face à une baisse de leur activité plus marquée qu’au mois précédent, sauf les activités informatiques, en amélioration ponctuelle.

Internet : prospective 2030 – Note d’analyse 06/2013
(Commissariat général à la stratégie et à la prospective/ A Achiary, D Auverlot, J Hamelin 27/06/2013)
Une étude confiée à des enseignants chercheurs de Télécom ParisTech et à des membres de la Fondation internet nouvelle génération (FING) par le Commissariat général à la stratégie et à la prospective, tente d’identifier les tendances, les incertitudes et les tensions liées à l’évolution d’internet à l’horizon 2030.

 

Evolution des chiffres d'affaires (en pourcentage)

 

 

Perspectives :

Elles sont en baisse en termes de chiffres d’affaires mais mieux orientées pour les investissements et l’emploi.

 

 

Source : CCI Haute-Savoie

Transports

 

La légère tendance à l’amélioration constatée début 2013 se poursuit mais recouvre toutefois des situations contrastées : le secteur du transport de voyageurs tirant mieux son épingle du jeu que celui du transport routier de marchandises.
 
Par rapport au 1er trimestre 2013 : l’ensemble des indicateurs sont légèrement mieux orientés, les chiffres d'affaires sont stables, l'emploi et les trésoreries sont moins bien orientés.

Par rapport au même trimestre de 2012 : les indicateurs connaissent une tendance plus favorable sauf pour l’emploi qui est stable et les trésoreries qui sont plus dégradées.

Les raisons principalement évoquées sont la situation économique globale (citée par 33 % des entreprises) mais aussi celle du secteur d’activité (28 %) ainsi que la baisse de la demande (11 %).
 

Sur le plan régional, selon la Banque de France, la demande s’est maintenue en matière de transport routier de fret. La baisse des prix entamée en février devrait se poursuivre et l’emploi s’est légèrement dégradé.

Zoom sur le transport intérieur en 2012 : baisse pour les marchandises et pour les voyageurs sur longue distance (CGDD / F Boccara et V Paquel Mai 2013)
En France, le transport intérieur reflète le contexte économique mondial et surtout européen dégradé, avec une baisse des quantités physiques du transport de marchandises et une certaine résistance du transport de voyageurs. Au total, la production marchande de services de transport diminue en 2012, en euros constants, et le secteur perd 5 000 emplois salariés.

 

Evolution des chiffres d'affaires (en pourcentage)

 

 

Perspectives :

Elles sont en baisse en termes de chiffres d’affaires mais mieux orientées pour les investissements et l’emploi.

 

 

Source : CCI Haute-Savoie
Mot de passe oublié

Récupération de votre mot de passe, saisissez votre adresse email
Connexion requise
Pour accéder à ce contenu, vous devez vous identifier ou créer votre compte
Connexion permanente
Annuler
Fenêtre de log